Il aura fallu tout rendre compréhensible pour qu’on n’y comprenne plus rien

De la messe au catéchisme

mastino4Je réfléchissais, tout en parlant à un ami prêtre, au fait que « nous n’avons jamais eu des fidèles « aussi ignorants» que depuis que tout dans la messe est devenu « compréhensible » et même la pastorale « adulte » frise l’infantilisme.

Il aura fallu attendre que la messe soit dite dans notre langue pour que nous n’y comprenions plus rien. Il aura fallu attendre « la participation » pour devenir mentalement passifs malgré notre hyperactivité physique.  Nous en sommes arrivés au point que la Présence réelle sur l’autel en est réduite à une simple abstraction : souvent les fidèles n’en sont plus conscients et le clergé, de son côté, ne manifeste que de l’indifférence, quand ce n’est pas du scepticisme.  Tous sont cependant unanimes sur le fait qu’il ne s’agisse que d’un symbole.

Pourtant, nos grand-mères n’étaient pas ainsi. Nos grand-mères ne savaient souvent ni lire ni écrire, elles ne connaissaient ni le latin ni même l’italien et pourtant elles comprenaient et connaissaient non pas tout ce qu’il y avait à savoir mais l’Essentiel.

 

Un tableau de Giovanni Gasparo, peintre italien contemporain

Un tableau de Giovanni Gasparo, peintre italien contemporain

Vous voyez, ma grand-mère est née dans le Sud profond de l’Italie en 1909, dans un village ravagé par la misère où le taux d’analphabétisme atteignait les 99%. Les gens avaient faim.  Elle était déjà vieille quand je suis venu au monde.

Quelques jours avant ma confirmation (et il en alla de même pour ma première communion), elle m’appela et, tout comme elle l’avait fait avec ses propres enfants, me fixa avec un regard remplie d’une ironie bienveillante mais sérieuse et pleine de fierté et elle m’expliqua ce que j’allais faire, en quelques mots : « Maintenant, tu vas devenir un chrétien accompli ».

D’un seul coup, je compris tout et je restai pétrifié en me rendant compte qu’après tant d’années de catéchisme, j’étais arrivé à la veille de ma confirmation sans savoir exactement ce que je faisais, ce que tout cela signifiait. Parce que personne n’avait été capable de me le transmettre.

Ma grand-mère, en revanche, qui n’avait aucune culture et qui avait appris tout ce qu’elle savait de sa propre grand-mère, « a dottrina » comme on appelait le catéchisme d’autrefois. Elle me transmettait ce qu’on lui avait transmis.  Je ne l’ai jamais oublié.

N’avait-il pas raison, ce cardinal de Munich qui succéda à Ratzinger quand il disait que le drame de l’Eglise, c’était la disparition « des grand-mères » qui transmettaient à leurs petits-enfants ce qu’elles-mêmes avaient reçu ?

Un article d’Antonio Margheriti publié sur sa page Facebook et traduit de l’italien avec son autorisation.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *