Prière pour rencontrer l’autre au nom du Christ

En en ces temps de tourments politiques, de grands changements sociaux et de brassages de population, Philippe de la Mettrie nous offre un recueil de prières pour demander au Seigneur la grâce de savoir rencontrer l’autre avec le cœur et à dépasser la colère, la peur, le doute, les injures, les différences et le sentiment d’impuissance. Ces prières pour aujourd’hui l’ont aidé à transformer son regard sur autrui dans ses activités au sein d’une association de remise à l’emploi de chômeurs en difficulté. Puissent-elles également nous aider à faire parler notre cœur car, comme le dit Saint-Paul: « s’il me manque l’amour, je ne suis rien ».

Les 10 commandements du catholique postmoderne

Etes-vous un catholique postmoderne? Vous reconnaissez-vous dans les 10 commandements qu’un lecteur vient de nous faire parvenir? En voici un extrait: « Tu croiras en Dieu en te laissant conduire par un principe général de satisfaction subjective, individuelle ou communautaire, propice à ton développement personnel, dans le respect de la sensibilité de chacun et le souci de la solidarité entre tous » et aussi « X. Au cours de célébrations eucharistiques, tu pourras et devras non seulement chanter mais aussi bouger, danser, parler, rire avec les autres, au lieu de prier dans le silence et le recueillement. Tu pourras et devras ainsi t’éclater ».

Un prêtre belge témoigne: j’étais traditionaliste

Je suis curé de plusieurs paroisses belges depuis 15 ans. En paroisse, j’ai plus ou moins tout vu et tout entendu : pains “pitta” à la place des hosties, absences d’ornements, diktats grotesques d’équipes liturgiques, célébrations plus proche du carnaval que du renouvellement du Sacrifice de la Croix… Le tout au nom de la créativité pastorale. Très tôt, j’ai découvert ce que l’on appelle de façon abusive “la Tradition” et la “Messe traditionnelle ». J’ai fréquenté les “fraternités sacerdotales” Saint-Pierre et Saint-Pie X et j’ai rencontré, hélas, beaucoup d’orgueil. Avec le recul, je me rends compte que mes motivations étaient négatives.

Ordonner des femmes diacres n’est pas la solution

Les femmes jouissaient autrefois d’une influence considérable dans l’Eglise catholique. La commission créée par le Pape ne pourra pas faire revivre cette époque. Ordonner des femmes diacres risque au contraire de nous ramener en arrière. L’Eglise ayant définitivement exclu l’accès des femmes la prêtrise, le risque est grand que ces dernières ne soient confinées dans des rôles subalternes et que la messe catholique ne se transforme en une pièce de théâtre dans laquelle tous les seconds rôles seraient joués par des femmes.

Que dirait Jésus au Synode sur la famille?

Certains se demandent ce que le Synode sur la famille apportera de nouveau. Et si tout avait déjà été dit il y a plus de 2000 ans? Le message de Jésus doit-il être actualisé – remis dans son contexte historique – ou est-il au contraire une vérité immuable ? Le Christ est-il la Vérité ou faut-il reconnaître une égale vérité en chaque conscience individuelle? Faut-il laisser une grande marge de manœuvre aux évêques ou l’unité est-elle préférable? L’Eglise doit-elle évoluer avec les mentalités du monde ou n’est-elle justement pas du monde? Et si nous laissions le Christ prendre la parole au Synode, que dirait-il?

Un changement historique en matière de nullité du mariage

La réforme du Pape François de la loi sur la nullité du mariage pourrait fournir une solution aux divorcés catholiques. La procédure sera gratuite, rapide et plus juste et permettra aux unions contractées à la légère d’être plus facilement déclarées nulles. Les motifs de nullité ont également été élargis dans un souci d’ouverture et de miséricorde. Les divorcés catholiques pourront donc plus facilement se remarier et accéder à nouveau à la communion. Tout cela sans déroger à la règle de l’indissolubilité du mariage et sans attendre les conclusions du Synode.

François et les migrants, fausse naïveté ou amour véritable ?

Nous sommes nombreux à nous interroger sur les déclarations actuelles du Pape et ses appels à la communauté internationale pour plus de solidarité envers les migrants. Certains parlent de naïveté et d’autres comme le vaticaniste Sandro Magister de péronisme, un mouvement populaire dans laquelle le peuple et les pauvres seraient bons par nature. Le Pape et l’Eglise catholique sont-ils vraiment naïfs face aux risques posés par l’afflux des migrants ou nous mettent-ils face à une vérité que nous ne voulons pas voir ?