Est-on homosexuel de naissance?

Par Roberto Marchesini, Psychologue et spécialiste des questions du genre

Le Cardinal Walter Kasper lors du Synode sur la famille de 2014

Le Cardinal Walter Kasper lors du Synode sur la famille de 2014

On me demande mon avis sur l’étrange interview du cardinal Kasper (voir ici), dans laquelle le cardinal accuse certains pères synodaux de fondamentalisme.

C’est cependant une autre petite phrase de cette interview qui a particulièrement frappé mon attention : « Pour moi, cette tendance est un point d’interrogation : il ne correspond pas au dessein original de Dieu et il est pourtant une réalité parce que l’on naît gay. »  C’est vraiment ce que j’ai lu: « on naît gay ».

L’Ecriture sacrée nous enseigne comment aller au ciel et non pas comment il tourne

Et en effet, dans l’édition ad experimentum (1992) du catéchisme de l’Eglise catholique, nous pouvons lire : « Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. »  (§ 2358).  Toutefois, cette affirmation a été remplacée dans l’aeditio typica (1997) par la suivante : « Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles profondément enracinées. »  Cette correction est opportune parce que l’Eglise a le droit et le devoir de s’exprimer au niveau moral et doctrinal mais les questions scientifiques (dans ce cas quelles sont les causes des tendances homosexuelles) ne relèvent pas de sa compétence.  On ne peut pas lier les fidèles à une théorie scientifique susceptible, par sa nature même, d’être dépassée ou contredite.  Galilée lui-même aurait voulu que l’on modifie les Ecritures Saintes (Josué 10, 12) parce que ce qui y était écrit contredisait ses théories ; la réponse que le Cardinal Bellarmino donna alors au scientifique est désormais célèbre : « l’Ecriture sacrée nous enseigne comment aller au ciel et non pas comment il tourne ».

Même si l’hypothèse de la cause biologique de l’homosexualité est encore répandue dans le grand public, au niveau scientifique elle semble définitivement dépassée.

Mais c’est justement sur le plan scientifique que l’affirmation du cardinal Kasper me rend perplexe.  Depuis la fin des années 1950 du siècle dernier, des montagnes de temps et d’argent ont été investis pour chercher une cause biologique à l’homosexualité, quelque chose sur la base de quoi on aurait pu affirmer que l’on serait « homosexuel de naissance ».  Au fur et à mesure que la technologie progressait, on a exploré des possibilités hormonales, chromosomiques, cérébrales, génétiques, épigénétiques.  Le résultat est toutefois toujours le même : on ne trouve rien.  Même si l’hypothèse de la cause biologique de l’homosexualité est encore répandue dans le grand public, au niveau scientifique elle semble définitivement dépassée.

L’American Psychological Association, par exemple, a publié sur son site un document intitulé Answers to your Questions About Sexual Orientation and Homosexuality ; ce document existait en deux versions dont l’une n’est plus disponible.  La première version affirmait : « La plus grande partie des scientifiques concorde aujourd’hui pour affirmer que l’orientation sexuelle est plus probablement le résultat d’une complexe interaction de facteur environnementaux, cognitifs et biologiques. »  Actuellement l’American Psychological Association a réduit son emphase concernant les causes biologiques de l’homosexualité : « Il n’y a pas de consensus parmi les scientifiques concernant les raisons exactes pour lesquelles un individu développe une orientation hétérosexuelle, bisexuelle, gay ou lesbienne.   Malgré que de nombreuses recherches aient examiné les possibles influences génétiques, hormonales, éducatives, sociales et culturelles sur l’orientation sexuelle, il n’en est ressorti aucun élément probant permettant aux scientifiques de conclure que l’orientation sexuelle serait déterminée par un ou plusieurs facteurs particuliers »  (cliquer ici)

Ceci ne signifie pas qu’on ne trouvera pas un jour cette hypothétique cause biologique mais au stade actuel des connaissances scientifiques elle n’existe pas.  Il n’est donc pas possible, d’un point de vue scientifique, d’affirmer que l’on « naît gay ».

À moins que le cardinal Kasper ne soit en possession de connaissances exclusives qui pourraient trancher la question de façon définitive, nous devons tristement constater qu’il a lancé une affirmation sans aucun fondement.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *