Les chorales doivent écouter les prêtres

guido_marini

Mgr Guido Marini, cérémoniaire du Pape

Quand un chef de chœur et un prêtre ont des opinions différentes concernant la musique liturgique, la chorale devrait en toute bonne foi suivre les souhaits du prêtre au nom de l’unité, a déclaré le cérémoniaire du Pape

« Nous ne devrions jamais nous disputer au sujet d’une célébration liturgique » a déclaré Mgr Guido Marini aux choristes, aux chefs de chœur et aux prêtres. « Sinon, nous trahissons la nature même de ce que le peuple de Dieu devrait faire pendant la messe, c’est-à-dire former un seul corps devant le Seigneur ».

Le maître des cérémonies papales a fait ces déclarations le 21 octobre au cours d’une conférence d’ouverture d’une session de trois journées de jubilé de chorales. Des centaines de personnes impliquées dans la musique liturgique provenant de plusieurs diocèses et paroisses italiennes comme des chantres, des organistes et des musiciens y participaient ainsi que des directeurs d’instituts liturgiques diocésains et d’écoles de musique sacrée.

Au cours d’une brève session de questions-réponses à l’issue de son discours sur le rôle de la chorale, une participante a demandé à Mgr Marini si elle pouvait poser une question « pratique et un peu gênante ».

« Bien souvent, dans notre paroisse, le prêtre demande que la chorale chante des chants qui ne sont pas appropriés, aussi bien au niveau du texte qu’au niveau de leur place pendant la messe. Dans cette situation, est-ce que le chef de chœur doit faire ce qu’il dit tout en sachant qu’en faisant cela, la chorale ne sera plus au service de la liturgie mais bien du prêtre ? », a-t-elle demandé, sous les applaudissements de l’assemblée.

A cette question, Mgr Marini a esquissé un sourire, puis il a levé les yeux au ciel et s’est gratté le menton, montrant par là qu’il était bien conscient qu’il s’agissait d’une question délicate. Il a commencé par déclarer qu’il se sentait « pris entre deux feux, entre les chorales et les prêtres ».

Reconnaissant la difficulté d’une telle situation, il affirma cependant qu’il choisirait pourtant le camp du prêtre.

« Il y peut parfois arriver que le prêtre ne donne pas des directives entièrement correctes et il se peut que des chefs de chœur auraient pu faire mieux. Mais dans tous les cas, il faut avant tout éviter le conflit et toujours chercher à préserver l’humilité et la communion », a-t-il déclaré.

Comme dans toutes les divergences d’opinion, il a recommandé que les deux parties fassent preuve de patience et se mettent d’abord autour d’une table pour discuter des raisons derrière leurs positions.

Mais si la discussion ne débouche pas sur une un consensus, alors « peut-être vaut-il mieux mordre sur sa chique et attendre un moment plus favorable plutôt que de causer des divisions et des conflits qui ne feraient aucun bien », ajouta-t-il sous une salve d’applaudissements.

Le chemin de la communion et de l’unité en paroisse exige bien souvent « beaucoup de bonne volonté, de cordialité et bien souvent aussi la capacité de pouvoir sacrifier quelque chose de soi-même », a affirmé Mgr Marini.  Comme le grain de blé, « souvent il faut que quelque chose meure en nous » tout en sachant que cela portera du fruit.

Mgr Marini répondait aux questions de l’assemblée au terme d’une conférence de 50 minutes saluée par des applaudissements nourris.

Lors de cette intervention intitulée « Le Rôle des Chorales dans les Célébrations Liturgiques », le prélat a mis en évidence cinq éléments fondamentaux de la liturgie et la manière dont les chorales devaient servir chacun de ces aspects.

La liturgie est l’œuvre du Christ et elle doit exprimer sa présence vivante, a-t-il déclaré. Les choristes doivent donc être des hommes et des femmes qui gardent le Christ présent dans leurs cœurs.

Bien qu’il faille soigner les aspects techniques et artistiques liés à l’exécution de la musique liturgique, il faut également prendre soin du cœur des chanteurs puisque ce sont des hommes et des femmes de foi qui ressentent un « amour brûlant pour le Christ » et trouvent en lui un sens à leur vie, a-t-il poursuivi.

La liturgie doit aussi évoquer l’universalité de l’Eglise au sein de laquelle il y a une union harmonieuse de diversité et de continuité entre la tradition et la nouveauté. Cela veut dire que la chorale ne doit jamais se trouver devant face à l’assemblée ou au donner l’impression d’être séparée des fidèles parce qu’elle fait partie intégrante de l’assemblée.

Le Pape François a insisté pour que la musique liturgique des célébrations papales « ne se prolonge jamais au-delà du rite » et qu’elle n’oblige pas les célébrants ou l’assemblée à attendre la fin d’un chant avant pour poursuivre la messe, a-t-il dit. « Le chant doit s’intégrer dans le rite », il est au service de la cérémonie et pas de lui-même.

Il a également demandé que les chorales œuvrent à ce que la liturgie puisse rassembler tous les fidèles afin qu’ils puissent davantage se conformer à Dieu et à sa volonté.

Le but de la messe, c’est de dépasser les distinctions individuelles de sorte que « ce n’est plus moi qui vit mais le Christ qui vit en moi », a-t-il dit. Cela signifie que la chorale doit aider chaque membre de l’assemblée à devenir un participant actif pendant les chants, y compris en éveillant ses sentiments émotionnels ou spirituels.

Les chorales doivent aider la liturgie à inviter la création toute entière à élever les yeux vers le Seigneur, a-t-il dit. Les participants devraient se sentir transportés et détachés des mondanités de leur vie ordinaire, non pas pour s’en échapper mais pour y retourner renouvelés après la Messe.

Si le chant n’est pas un « pont vers l’éternité » alors il n’accomplit pas sa fonction. Les chants ne devraient pas être profanes ni indignes mais au contraire, devraient en quelque sorte ressembler au « chant des anges ».

Enfin, a-t-il conclu, tout comme l’Eglise et la liturgie, les chorales devraient être missionnaires et attirer à elles en révélant la beauté de Dieu, ses merveilles et son infinie bonté.

Traduit d’un article original en anglais publié sur Catholic News Service

 

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *