Adieu Wojtyla et Caffarra. Avec François, on change de famille

Le tremblement de terre qui a métamorphosé le visage de l’Académie Pontificale pour la Vie a également frappé l’institut d’études sur le mariage et la famille créé par Jean-Paul II et celui qui fut son premier président, le théologien et ensuite cardinal Carlo Caffarra.

A partir d’aujourd’hui, cet institut historique a été anéanti et remplacé par un autre institut avec un nom différent.

C’est ce qu’on peut lire à l’article 1 du motu proprio « Summa familiae cura » publié ce matin, par lequel le pape François a donné son aval au changement de cap :

« Par le présent Motu proprio, j’institue l’Institut Théologique Jean-Paul II pour les sciences du Mariage et de la Famille qui, lié à l’Université pontificale du Latran remplace et succède à l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, établi par la Constitution apostolique ‘Magnum Matrimonii sacramentum’ lequel, de ce fait, cesse d’être en vigueur. »

Tous les professeurs du défunt institut sont donc congédiés, tandis que l’actuel grand chancelier Vincenza Paglia et le président Pierangelo Sequeri dont la nomination par le pape François fut, il y a un an de cela, un véritable cataclysme, restent en place.

Tous deux accompagnent la publication du motu proprio d’une note qui souligne « l’implication directe » du pape, qui – tiennent-ils à préciser – « confie la mission de définir les règles, les structures et les opérations du nouvel Institut théologique » aux mêmes « autorités académiques de l’ex-Institut Jean-Paul II », c’est-à-dire précisément à eux deux et à personne d’autre.

Pour décrire le « plus large cadre » dans lequel le nouvel institut exercera ses activités, Paglia et Sequeri font naturellement référence à « Amoris laetitia » mais également à « Laudato sii » et au « respect de la création ».

Il reste désormais à voir qui seront les professeurs du nouveau programme, qui sera reconduit et qui ne le sera pas, aussi bien à Rome que dans les autres implantations ailleurs dans le monde.

Tout comme on verra bien quel sort sera réservé aux dernières publications du défunt institut, en particulier celui de ce « Vademecum » sur la bonne interprétation d‘ « Amoris laetitia » qui est perçu comme la peste par les paladins de la communion aux divorcés-remariés.

 

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.