L’Afrique s’agite. Non à la bénédiction des couples homosexuels, oui à l’intolérance entre tribus

Le Pape François aime beaucoup la messe en rite congolais. Et ça lui plaît également – il l’a dit – que la communauté congolaise à Rome soit « dirigée par une sœur qui commande comme si elle était évêque ». Les statistiques le confirment : aujourd’hui, la République Démocratique du Congo est le troisième pays au monde avec les plus hauts indices de fréquentation de la messe catholique, avec 37,5 millions de pratiquants réguliers, précédé seulement par les Philippines et le Mexique. Quatre autres pays africains complètent le Top 10 : le Nigéria, l’Ouganda, la Tanzanie, l’Angola. Tous devant l’Italie.

L’Afrique est aussi le seul continent où les catholiques sont aujourd’hui en croissance. Lors de son récent voyage au Congo et au Soudan du Sud, François a été accueilli par des foules imposantes. Il a effectué cette seconde visite en compagnie du primat de l’Église anglicane, Justin Welby, et le modérateur de l’Église presbytérienne d’Écosse Iain Greenshields : tous les trois ensemble pour montrer à ce peuple déchiré par une guerre civile la bonté d’une paix entre trois frères de foi.

Mais il y également l’autre visage de l’Afrique catholique, bien plus inquiétant celui-là, pour le Pape François et pas seulement pour lui, en bien comme en mal.

Le premier signe d’inquiétude est donné par ce qui est arrivé à l’Église anglicane, immédiatement après le voyage au Soudan du Sud, les premiers jours du mois de février.

Pour faire bref, l’Église d’Angleterre présidée par Welby a approuvé la bénédiction des couples de même sexe, sous la pression des factions nord-atlantiques de l’anglicanisme, mais avec l’opposition de celle des pays du Sud, et plus particulièrement de l’Afrique, qui représente les trois quarts de l’ensemble.

Avec pour résultat le refus d’obéissance au primat anglican de la part du Global South Movement de l’anglicanisme, qui a justement comme président l’archevêque du Soudan et du Soudan du Sud, Justin Badi Arama.

En substance, on a assisté à une scission. Arama a déclaré que l’archevêque de Cantorbury Welby a trahi l’Église anglicane et a donc cessé d’être considéré comme le primat de l’ensemble de la communion.

Ce qui est frappant, c’est la similitude entre la cause de cette scission et ce qui se passe chez les catholiques. Parce que là aussi, il y a une faction du Nord, avec à sa tête l’Église d’Allemagne, qui veut la bénédiction des couples homosexuels et qui la pratique déjà, avec l’opposition d’une bonne partie du Sud, en particulier en Afrique : une opposition qui se fait encore plus intransigeante dans le champ politique, comme le monde le cas du Soudan du Sud.

Le Pape François a jusqu’ici laissé aller cette tension à distance des différentes positions, se montrant à compréhensif pour tous, à sa manière. Mais quand le synode mondial qui le Pape a convoqué en octobre se trouvera face à une telle question et à d’autres semblables, il est prévisible que l’opposition africaine éclatera au grand jour.

« Nous préférons une Église qui soit une maison avec des règles et des principes, et non une tente dans laquelle n’importe qui peut rentrer », a déclaré le Père Vitalis Anaehobi, Nigérian, secrétaire général de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest qui comprend le Nigéria, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, la Guinée, le Bénin, le Mali, le Togo, le Ghana, le Sénégal, l’Île Maurice, le Cap-Vert, la Guinée Bissau, la Gambie et la Sierra Leone, en présentant les résultats des synodes locaux préparatoires à la session de Rome.

Les déclarations d’Anaehobi étaient clairement une pique polémique visant le slogan « inclusif » choisir par Rome pour le synode, repris par le prophète Isaïe : « Élargis l’espace de ta tente ».

Mais il y a également un autre élément inquiétant dans le catholicisme africain. C’est le fait qu’il soit empreint d’oppositions tribales.

Au Soudan du Sud, il y a eu un évêque, le missionnaire italien Christian Carlassare, qui est arrivé à pieds (photo) de son diocèse de Rumbek pour rencontrer le Pape à Djouba, accompagné par des dizaines de fidèles fervents mais qui, peu après sa nomination, dans la nuit du 25 avril 2021, a été victime d’une embuscade. On lui a tiré dans les jambes, le contraignant à une longue convalescence et à reporter de presque un an à consécration épiscopale. Ses agresseurs étaient un prêtre et quatre fidèles du diocèse, ensuite condamnés à sept ans de prison. Ils appartenaient à la tribu Dinka, la même que Salva Kiir, le président du Soudan du Sud, et ils ne toléraient pas que le nouvel évêque, un étranger, remplace le coordinateur diocésain, lui aussi Dinka, qui avait jusqu’ici assuré l’administration provisoire du diocèse.

En Afrique, il est fréquent que des faits de tribalisme éclatent lors de la nomination des évêques. Le 11 février dernier, le Pape François, quelques jours après être rentré de son voyage en Afrique, a nommé John Hassam Koroma évêque de Makemi en Sierra Leone. Ce diocèse n’avait plus d’évêque depuis 2012. Ou plutôt, on lui en avait bien envoyé un, mais qui n’a jamais pu y mettre les pieds. Il s’appelait Henry Aruna et sa seule faute était d’appartenir à la tribu Ende, mal vue des Temne qui sont dominants à Makemi. Trois ans plus tard, Rome a fini par assigner à Aruna un autre diocèse, celui de Kenema. Mais il aura fallu sept ans de plus et deux administrateurs provisoires avant de trouver un nouvel évêque pour Makemi qui soit enfin accepté.

Il y ensuite les affaires encore non résolues de diocèses encore vacants à cause d’oppositions tribales. Le cas le plus emblématique est celui d’Ahiara au Nigeria. En décembre 2012, Peter Ebere Okpaleke est nommé évêque mais est empêché d’y entrer parce qu’il appartient à une sous-tribu adverse. Le blocage se prolongera pendant cinq ans jusqu’à ce qu’en 2017, le Pape François ne prenne lui-même la question en mains et convoque à Rome les protagonistes de l’affaire : l’évêque pris en otage, une représentation du clergé et des fidèles locaux ainsi que les principaux responsables de l’épiscopal nigérian.

La terrible réprimande que le Pape réserva aux récalcitrants fut ensuite rendue publique. Il les a accusés de « détruire l’Église », de commettre « un péché mortel » et a ordonné à chaque prêtre du diocèse de remettre dans les trente jours une lettre de soumission totale, sous peine d’encourir la suspension « a divinis ».

Mais malgré cette mesure extrême, François n’a pas obtenu ce qu’il voulait. En 2018, le Pape a accepté la démission d’Okpaleke de l’évêché d’Ahiara et lui a confié en 2020 un nouveau diocèse créé exprès pour lui, celui d’Ekwulobia. Et le 27 août 2022, il l’a même créé cardinal.

Et le diocèse d’Ahiara ? Toujours sans évêque. Okpaleke appartenait à la même tribu, les Igbo, que les habitants du diocèse. Mais par malheur « je parle un dialecte Igbo et la population d’Ahiara en parle un autre », a-t-il déclaré dans une interview au journal « Avvenire » il y a quelques jours. « On s’est retrouvé devant un refus de dépasser un particularisme sous-ethnique pour construire une identité à un niveau plus élevé, non seulement dans la vision chrétienne qui considère les baptisés comme étant tous frères et sœurs, mais également au niveau d’une appartenance commune à une même tribu ou groupe ethnique ».

*

Sur les possibles effets des divergences entre Nord et Sud dans l’ensemble du christianisme, pas seulement protestant, le théologien vaudois Fulvio Ferrario a posé un jugement clair dans le numéro de mars 2023 du magazine « Confronti » :

« Le scénario suivant semble se profiler : d’un côté le monde riche, fortement sécularisé ; de l’autre, une minorité nordique chrétienne conservatrice et un christianisme du Sud qui n’a pas traversé les révolutions culturelles modernes. Dans un tel contexte, le protestantisme classique, en tant qu’expression d’un christianisme ouvert au dialogue avec le monde séculier finirait broyé ». Et avec lui également « ces pans du monde catholique, suspectés de ‘protestantisme’ qui, plus ou moins timidement, affirment vouloir se différencier du monolithisme romain ».

Sandro Magister est vaticaniste à L’Espresso.

Share Button

Date de publication: 6/03/2023