Radio Vatican: fin des ondes courtes, une mauvaise affaire.

Le 20 février dernier, Sandro Magister révélait le destin incertain de Radio Vatican depuis qu’elle est tombée dans l’escarcelle de Monseigneur Dario Viganò, préfet de la toute nouvelle secrétairerie pour la communication et cette nouvelle a fait beaucoup de bruit.

La fin des émissions en ondes courtes et la fermeture annoncée de leur station émettrice à Santa Maria di Galeria ont créé un malaise chez les partisans – le P. Federico Lombardi en premier – de ce canal radio qui a fait la gloire de Radio Vatican grâce à sa capacité à pouvoir faire entendre une voix libre et claire jusque dans les recoins les plus reculés et les plus politiquement inhospitaliers du globe.

Plusieurs voix compétentes se sont élevées pour objecter à Mgr Viganò que la fermeture du centre de Santa Maria di Galeria était un contresens stratégique mais c’était peine perdue.

En effet, cette fermeture survient alors que quelques–unes des stations de radio les plus puissantes du monde sont non seulement en train de se restructurer et d’augmenter la puissance de leurs transmissions en ondes courtes.

C’est notamment le cas de l’anglais BBC et du japonais NHK.

Il y a un an, le gouvernement britannique a subsidié la BBC à hauteur de 85 millions de livres sterling pour qu’elle puisse atteindre des millions d’auditeurs sur ondes courtes, on parle de plus de 56 millions, tout particulièrement en Russie, en Corée du nord, au Moyen-Orient et en Afrique.

Quant à NHK, il a justement demandé à Radio Vatican de pouvoir utiliser son site de Santa Maria di Galeria pour augmenter la puissance de ses propres transmissions sur ondes courtes vers l’Afrique étant donné que la station d’émission de Madagascar qu’elle utilise jusqu’à présent est déjà saturée.

Le centre de Santa Maria di Galeria dispose d’un niveau d’excellence reconnu dans le monde entier et offrirait des perspectives commerciales intéressantes si, en plus de poursuivre ses propres transmissions, Radio Vatican louait sa station à d’autres émetteurs.

*

Monseigneur Viganò s’est également fendu d’un autre contresens en justifiant sa décision de fermer les ondes courtes par l’encyclique écologique du pape François « Laudato si' ».

Voici ce qu’il a déclaré dans un entretien au mensuel « Prima Comunicazione »:

« Je pense aux émissions de dioxyde de carbone produites par les ondes courtes.  Nous ne pouvons pas nous positionner en-dehors du magistère du Saint-Père ».

En réalité cet argument n’a pas le moindre fondement scientifique, ce que non pas un mais bien plusieurs experts n’ont pas manqué de lui expliquer en détail.

Sur le portail spécialisé Italradio, par exemple, le Préfet de la secrétairerie pour la communication aurait pu lire que les transmissions radio analogiques émettent nettement moins de CO2 dans l’atmosphère que les technologies digitales avec lesquelles il voudrait remplacer les ondes courtes.

Quelqu’un a même calculé qu’un émetteur à ondes courtes avec son antenne plus une radio réceptrice consommeraient au maximum 6 kW de puissance totale, c’est-à-dire l’équivalent de la consommation de deux ménages.  Soit vingt fois moins qu’un système de diffusion en streaming avec toutes les installations technologiques qu’il nécessite.

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso