Le Pape licencie tous les membres de l’Académie pontificale pour la vie sans préavis

Remplacement de tout le personnel de l’Académie pour la vie.  Le casting est en cours à Sainte Marthe pour recruter les nouveaux membres.

J’avais il y a quelques jours publié le panégyrique, scandaleux pour certains, prononcé en mémoire de Marco Pannella (1930-2016) par Mgr Vincenzo Paglia, membre éminent de la Communauté Saint’Egidio, ancien président de Conseil pontifical pour la famille et depuis quelques mois président de l’Académie pontificale pour la vie, ainsi que chancelier de l’Institut pontifical Jean-Paul II d’étude sur le mariage et la famille.

La vie et la famille étaient en effet le champ de bataille de l’action politique de Pannella, leader du parti radical et militant acharné du divorce, de l’avortement, du mariage des homosexuels et de l’euthanasie.

Mais tout cela n’a nullement empêché le pape François de qualifier dans une interview diffusée il y a un an de « grande personnalité de l’Italie d’aujourd’hui » la plus fidèle partenaire de combat de Pannella, l’honorable Emma Bonino, pour son engagement envers les migrants.  Tout comme cela n’a nullement empêché le P. Federico Lombardi de témoigner que Pannella avait « une grande admiration pour François », une admiration que le pape lui rendait bien pour son engagement en faveur des prisonniers.

Mgr Paglia sait donc comment manœuvrer sa barque dans le sillage de François.  Exactement comme il le fait dans les instituts qui relèvent de sa compétence et qui lui ont été expressément confiés par le pape.

Le blog Settimo Cielo avait déjà en son temps révélé le changement de statuts de l’Académie pontificale pour la vie qui est entré en vigueur le 1 janvier dernier, des statuts expressément étudiés pour faciliter l’épuration des membres non-alignés à la nouvelle orientation, comme par exemples les cardinaux Carlo Caffarra et Willem Jacobus Eijk ou les experts reconnus que sont Josef Maria Seifert et Luke Gormally.

Aujourd’hui, on peut dire que l’épuration est terminée.  Lorsqu’on visite la page du site officiel de l’Académie et que l’on consulte les trois listes des membres ordinaires, des correspondants et des membres émérites, on découvre qu’il n’y a plus personne.  Zéro absolu.  Pour retrouver les noms des personnes épurées, il faut consulter les listes des « anciens membres » (172) et des membres « décédés » (10).

En d’autres mots: ils ont tous été licenciés ou enterrés.  Sans le moindre préavis.  pas un mot, pas un email, pas un merci, pas un requiem.

Et les nouveaux membres qui prendront la place des épurés?  Le casting est déjà en cours sous la supervision de la Maison Sainte Marthe mais cela prendra du temps, comme le confesse candidement le même site de l’Académie en justifiant le déplacement au 5-7 octobre de l’assemblée générale qui se tient habituellement en début d’année:

« C’est bien la complexité du processus de nomination des nouveaux membres, rendue nécessaire par l’approbation des nouveaux statuts voulus par le pape François, qui nous a menés à postposer la célébration de l’assemblée générale qui se tient habituellement en début d’année ».

Mais il y a plus.  L’assemblée réservée aux membres s’accompagne toujours d’une conférence publique qui était cette année consacrée à « Donum vitae », l’instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi sur « le respect de la vie humaine depuis sa naissance et la dignité de procréation » publiée par celui qui était encore le cardinal-préfet Josef Ratzinger avec l’approbation explicite du pape Jean-Paul II et dont l’année 2017 marquait le trentième anniversaire.

> Donum vitae 

La conférence prévoyait donc de débattre de plusieurs questions précises et brûlantes, de la procréation médicalement assistée à la manipulation des embryons humains.

Mais il n’y aura rien de tout cela.  Le thème « Donum vitae » a été annulé.  Son anniversaire qui tombait le 22 février dernier a été ignoré aussi bien par « L’Osservatore Romano » que par Radio Vatican.  On ne sait donc pas bien ce dont on parlera en octobre vu le caractère vague du nouvel intitulé de la conférence: « Accompagner la vie.  Nouvelle responsabilité dans l’ère technologique ».

Le logo qui a été choisi pour cette vidéo (voir photo) n’aide pas à en savoir davantage.  C’est l’œuvre d’Andrea Ciucci, un prêtre milanais qui travaillait avec Mgr Paglia à l’ex-dicastère pour la famille et qu’il a nommé responsable des relations publiques.  Passionné d’informatique, don Ciucci a mis en ligne un inquiétant visage humain fait de « 1 » et de « 0 » comme dans le code binaire des ordinateurs alors que le code génétique, si on voulait y faire allusion, n’est pas à deux chiffres mais à quatre lettres, celles des bases de l’ADN: « A », « T », « C » et « G »: une bourde que les experts en la matière n’ont pas manqué de relever immédiatement.

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso