Imaginons. Et si au lieu de Bergoglio, c’est le cardinal Scola qui avait été élu ?

L’acte d’accusation explosif porté contre le Pape François par l’ancien nonce aux États-Unis, Carlo Maria Viganò a occulté les autres points controversés de l’actuel pontificat, en particulier celui concernant la communion aux divorcés-remariés.

François n’a jamais répondu aux « dubia » soulevés à ce sujet en 2016 par quatre éminents cardinaux.  Il n’a même jamais voulu les recevoir.  Mais entretemps, il donnait son accord à ce que les interprétations « libérales » de son exhortation post-synodale « Amoris laetitia » soient mises en pratique.

Au cours de ces dernières semaines, pourtant, un autre cardinal de tout premier plan est monté au créneau pour réaffirmer le non à la communion des divorcés-remariés : Angelo Scola, l’archevêque émérite de Milan, 77 ans, qui est celui qui a reçu le plus de votes – à ce que l’on dit – au premier tour du scrutin du conclave de 2013 qui a finalement élu Jorge Mario Bergoglio.

Le cardinal Scola a été archevêque de Milan de 2011 à 2017, après avoir été patriarche de Venise et évêque de Grosseto, recteur de l’Université pontificale du Latran et professeur de théologie à Fribourg, dans le sillage du grand Hans Urs von Balthasar. Il est également le co-fondateur, avec Joseph Ratzinger, de la revue théologie internationale « Communio » et a été proche dans sa jeunesse de don Luigi Giussani, le fondateur de Communion et libération.

L’opposition du cardinal Scola a la communion des divorcés remariés vient de loin. Il l’avait affirmée en 2014 et en 2015 dans deux longs articles dans la revue « Il Regno ».  Il l’a encore répété après la sortie d’ « Amoris laetitia » dans son diocèse de Milan.  Et aujourd’hui il écrit même ceci : « j’en ai parlé au Saint-Père pendant une audience privée ».

Cette confidence, avec beaucoup d’autres, se trouve dans le livre-entretien autobiographique que le cardinal Scola a publié à la mi-août :

> Angelo Scola, « Ho scommesso sulla libertà. Autobiografia », Conversazioni con Luigi Geninazzi, Solferino, Milan, 2018.

Voici ce qu’écrit le cardinal pour motiver son « non » à la communion des divorcés-remariés :

« Je voudrais partir de ce que je considère comme étant le cœur du problème, c’est-à-dire le lien substantiel entre le mariage et l’Eucharistie, en tant que sacrement de l’amour nuptial entre le Christ et l’Église ».

Habituellement – poursuit le cardinal Scola – on dit que le rapport entre le Christ époux et l’Église épouse « est un modèle pour le don réciproque des époux. Mais c’est bien plus que cela : c’est le fondement même du mariage ».

En effet, qu’est-ce qui peut garantir ce oui définitif auquel les deux époux s’engagent devant la communauté ? se demande le cardinal. Et il répond : « Certainement les sables mouvants de leur liberté.  Ce n’est que par le lien nuptial entre le Christ et l’Église, qu’il soit reconnu explicitement ou implicitement, qu’une femme et un homme peuvent s’engager dans un rapport indissoluble.  La référence à l’Eucharistie n’est donc pas quelque chose d’extrinsèque au mariage mais elle revêt pour lui un caractère fondateur. »

Le cardinal Scola ne fait pas de citations mais cet argument est celui qui sous-tend la critique la plus pénétrante contre « Amoris laetitia » qui ait été formulée jusqu’à présent, celle du théologien bénédictin Giulio Meiattini dans son livre « Amoris laetitia.  I sacramenti ridotti a morale » dont nous avons déjà parlé sur Settimo Cielo.

Et fort de cet argument, le cardinal n’hésite pas à porter une estocade contre « Amoris laetitia » et le synode qui l’a précédée où, selon lui, « le rapport fondamental entre Eucharistie et mariage ne saute pas aux yeux et il s’agit là selon moi d’une absence pénible ». Notamment parce que « cette absence a permis que s’ouvre sur ‘Amoris laetitia’  le vaste champ des interprétations aventureuses ».

« Je m’explique », poursuit le cardinal Scola :

« La non-admissibilité des divorcés-remariés à l’eucharistie n’est pas un châtiment que l’on peut lever ou réduire, elle réside dans le caractère même du mariage chrétien qui, comme je l’ai dit, repose sur le fondement du don eucharistique du Christ époux à l’Église épouse. Il en découle que celui qui s’est exclu lui-même de l’Eucharistie en contractant une nouvelle union ne peut retrouver l’accès au sacrement eucharistique qu’en vivant la chasteté parfaite, comme l’affirme Jean-Paul II dans l’exhortation apostolique ’Familiaris consortio’.  Mais on ne trouve aucune allusion à cela dans ‘Amoris laetitia’.  On ne dit pas que cette prescription n’est plus valide mais on ne dit pas non plus qu’elle est encore valide.  On l’ignore, tout simplement.  En même temps, on rappelle que l’Eucharistie, comme le dit Saint Ambroise, ‘n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles’.  Il est vrai que l’Eucharistie a également une fonction de guérison mais cette affirmation ne peut être utilisée hors de ce que dit la constitution conciliaire ‘Lumen gentium’ au numéro 11, à propos de la nature ecclésiale des sacrements ».

Avec le cardinal Carlo Caffarra, l’un des quatre des ‘dubia’, pour lequel le cardinal Scola affirme avoir « toujours eu une affection sincère et une grande amitié », ayant travaillé avec lui « en totale harmonie pendant de nombreuses années à l’Institut d’études sur le mariage et la famille dont la soudaine disparition m’a douloureusement affecté ».

Et il ajoute :

« Je crois que personne ne peut avoir le moindre doute quant à ses compétences théologiques et canonistiques ni sur sa franchise et sa loyauté au pape ».

Le cardinal Scola tient cependant à préciser que « ma critique d’Amoris laetitia’ est d’une autre nature que celle des ‘dubia’ qui adoptent une posture intellectualiste où la théologie et la morale sont conçus en termes déductivistes. En outre, les ‘dubia’, à mon sens, ne mettent pas suffisamment en avant la nature sponsale de l’Eucharistie comme fondement du mariage, alors qu’elle est à l’origine de son importance ecclésiale ».

Plus loin, dans son livre-entretien autobiographique, le cardinal Scola rappelle la visite de Benoît XVI à Milan à l’occasion de la rencontre mondiale des familles, en juin 2012.

Et il dit ceci :

« J’ai été particulièrement frappé par la magnifique réponse qu’il a faite sans préparation à une question sur les divorcés-remariés. Il a dit qu’il ne suffit pas que l’Église prétende aimer ces personnes mais qu’elles doivent voir et ressentir cet amour’.  Et il ajouta que ‘leur souffrance, si elle est réellement et intérieurement acceptée, est un don pour l’Église’.  Des paroles émouvantes qui révèlent une attention et une sensibilité à ce problème qui ne sont pas sorties de nulle part avec ‘Amoris laetitia’ comme voudrait le faire croire une version superficielle et grossière ».

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.