Documents. Le pape fait l’éloge de la Russie impériale. L’Église ukrainienne lui demande de se rétracter

 Écoutez cet article sur notre podcast

Ce vendredi 25 août après-midi, le Pape François s’est connecté à Saint-Pétersbourg à l’occasion de la Xè rencontre nationale des jeunes catholiques de Russie et leur a adressé en espagnol ce message vidéo, diffusé le jour suivant par la salle de presse du Vatican, également en version italienne :

> “Queridos jóvenes, queridas jóvenes: que la paz…”

Le thème du message du Pape était le même que celui des JMJ de Lisbonne. « Marie se leva et s’en alla en hâte (Luc 1, 39) », avec ces seules paroles susceptibles d’être associées à la guerre déchaînée par la Russie contre l’Ukraine :

« Je vous souhaite à vous, jeunes Russes, la vocation d’être artisans de paix au milieu de tant de conflits, au milieu de tant de polarisations de toute part, qui affligent notre monde. Je vous invite à être des semeurs, à répandre des graines de réconciliation, de petites graines qui en cet hiver de guerre ne germeront pas pour le moment sur la terre glacée mais qui fleuriront dans un printemps futur ».

Mais ensuite, avant la bénédiction finale, François, s’est lancé dans une déclaration improvisée en italien, qui n’a pas été publiée par la salle de presse du Vatican mais par le site « Il Sismografo », et que l’on peut écouter dans cette vidéo toujours disponible en ligne :

« N’oubliez pas votre héritage. Vous êtes héritiers de la grande Russie : la grande Russie des saints, des rois, la grande Russie de Pierre le Grand, de Catherine II, cet empire russe grand, cultivé, de tant de culture, de tant d’humanité. Ne renoncez jamais à cet héritage. Vous êtes les héritiers de la grande Mère Russie, allez de l’avant. Et merci. Merci pour votre façon d’être, pour votre façon d’être Russes ».

Naturellement, ces déclarations ont eu un grand écho à travers le monde, notamment dans cet article de Francis X. Rocca dans « The Wall Street Journal » :

> Pope Francis Praises Historical Russian Imperialism Amid War in Ukraine

Mais surtout, cet éloge sans retenue de la Russe impériale de la part du Pape a incité l’archevêque majeur de l’Église grecque catholique ukrainienne à publier le soir du lundi 28 août la déclaration suivante que nous reproduisons intégralement ici :

*

Déclaration de sa béatitude Sviatoslav Chevtchouk concernant les déclarations du pontife romain pendant la rencontre avec la jeunesse Russe

C’est avec grande douleur et inquiétude que nous avons eu connaissance des paroles, attribuées, au Saint-Père François, prononcées pendant la rencontre à distance avec la jeunesse catholique russe, qui s’est déroulée le 25 août dernier en vidéoconférence à Saint-Pétersbourg.

Nous présumons que les déclarations de Sa Sainteté aient été prononcées de manière spontanée, sans la prétention de donner une analyse historique, et encore moins avec l’intention de soutenir les ambitions impérialistes de la Russie. Malgré cela, nous partageons la grande douleur suscitée par ses observations dans le chef des évêques, du clergé, des moines et des fidèles non seulement de notre Église, mais également d’autres confessions chrétiennes, ainsi que de représentants d’autres confessions religieuses. Dans le même temps, nous partageons également la grande déception de la société civile ukrainienne à la suite de ces déclarations.

Les déclarations sur la « grande Russie de Pierre I, de Catherine II, de cet empire grand et illuminé, de grande culture et de grande humanité » font référence au pire exemple de l’impérialiste et du nationalisme extrême russe.

Nous craignons que ces déclarations soient comprises par certains comme un encouragement envers ce nationalisme impérialiste qui est la véritable cause de la guerre en Ukraine. Une guerre que chaque jour sème la mort et la destruction dans notre peuple.

Les exemples employés par Sa Sainteté ne correspondent en réalité pas à son magistère sur la paix. Au contraire, le Saint-Père a toujours dénoncé toutes les formes d’impérialisme dans le monde d’aujourd’hui et il a mis en garde contre le danger du nationalisme extrême, en soulignant que ce sont bien eux la cause de « la troisième guerre mondiale par morceaux ».

En tant qu’Église, nous tenons à signaler que, dans le contexte de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, de telles expressions inspirent les ambitions néocoloniales du pays agresseur au lieu de dénoncer et de condamner cette manière d’ « être Russes ».

Afin d’éviter que les déclarations et les intentions du Saint-Père ne soient manipulées, nous attendons de la part du Saint-Siège une explication de la situation.

L’Église grecque catholique ukrainienne unie à toute la société civile en Ukraine condamne l’idéologie du « monde russe » et toute la façon criminelle d’ « être Russes ». Nous espérons que notre voix sera entendue par le Saint-Père.

Dans quelques jours, les évêques de notre Église se réuniront à Rome pour célébrer le Synode annuel de l’Église grecque catholique ukrainienne. Nous aurons en outre l’occasion de rencontrer Sa Sainteté et de lui présenter personnellement les doutes et la douleur du peuple ukrainien, confiant en sa sollicitude paternelle envers notre peuple.

*

« Nous attendons de la part du Saint-Siège une explication ». François répondra-t-il à cet appel de l’Église grecque catholique ukrainienne ? Et comment ?

Entretemps, tard dans la soirée du lundi 28, la nonciature apostolique à Kiev a publié un communiqué dans lequel on lit que « selon certaines interprétations, le Pape François aurait encouragé les jeunes catholiques russes à prendre exemple sur certains personnages historiques russes, connus pour leurs idées et leurs actions impérialistes et expansionnistes, réalisées au détriment des peuples voisins, y compris du peuple ukrainien. Cette représentation pontificale dément fermement les interprétations ci-dessus, en ce que le Pape François n’a jamais encouragé d’idées impérialistes. Au contraire, il est un opposant et un critique convaincu de toute forme d’impérialisme ou de colonialisme, pour tous les peuples et dans toutes les situations. C’est également avec cette clé de lecture qu’il faut interpréter les déclarations du Pontife romain prononcées le 25 août dernier ».

Et le matin suivant, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni a déclaré ceci en réponse aux questions des journalistes :

« Dans les paroles de salutation improvisées s’adressant à quelques jeunes catholiques russes ces derniers jours, comme cela ressort clairement du contexte dans lequel elles ont été prononcées, le Pape voulait encourager les jeunes à conserver et à promouvoir ce qu’il y a de positif dans le grand héritage culturel et spirituel russe, et certainement pas faire l’exaltation de logiques impérialistes et de personnalités d’État citées pour indiquer certaines périodes historiques de référence ».

Quand au Kremlin, son porte-parole Dmitry Peskov a qualifié les déclarations du Pape de « très, très gratifiantes« .

*

POST SCRIPTUM – Le 4 septembre, lors de la conférence de presse à bord du vol de retour en Mongolie, le Pape François est revenu sur sa référence à Pierre le Grand et à Catherine II : « Peut-être que ce n’est pas juste, je ne sais pas, que les historiens nous le disent, mais c’est un ajout qui m’est venu en tête parce que je l’avais étudié à l’école ».

Sandro Magister est vaticaniste à L’Espresso.

Share Button

Date de publication: 29/08/2023